Jeunes Centristes - L'engagement utile au coeur de l'UDI

Jeunes Centristes - L'engagement utile au coeur de l'UDI

Un amendement porté par les Jeunes Centristes adopté au Sénat

Catherine Morin-Desailly

Catherine Morin-Desailly


Depuis longtemps, les Jeunes Centristes demandent de rendre effective l’éducation à la sexualité dans les écoles.

Inscrite dans la loi depuis 2001, l’éducation sexuelle à l’école, dans les collèges et lycées est encore trop souvent négligée.

L’amélioration de l’information, de l’éducation et de la communication sur la sexualité des plus jeunes est l’un des moyens que nous préconisons pour diminuer le nombre d’IVG.

Aussi nous remercions chaleureusement la sénatrice Catherine Morin Desailly d’avoir porté et fait adopté une proposition défendue par le Conseil Militant des Jeunes centristes qui vise à assurer la délivrance de séances d’éducation à la sexualité en milieu scolaire dans de meilleurs conditions.

Si de nombreux moyens contraceptifs existent (pilule, préservatif, patch contraceptif, …), le nombre d’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) en France demeure important : avec 220.000 IVG pratiquées dans notre pays chaque année, nous atteignons un taux annuel plus de deux fois supérieur à celui de l’Allemagne.

Parmi ces femmes, 15 000 mineures avortent tous les ans, constituant la seule classe d’âge chez laquelle le nombre d’IVG augmente, même faiblement (Cf. Israël Nisand, Professeur de médecine).

Difficile d’expliquer une telle stabilité, malgré les efforts législatifs réguliers et l’amélioration de l’offre en matière de contraceptifs, notamment avec l’apparition de nouveaux moyens plus facile à utiliser.

Pour Marie-Lucie Gosselin, médecin scolaire et coordinatrice du GNIES, « l’éducation à la sexualité doit être un élément du socle commun de connaissances et de compétences que tous les élèves doivent avoir acquis à l’issue de la scolarité obligatoire. Elle permet à la personne de se construire. Elle est indispensable pour développer des relations harmonieuses et respectueuses entre les hommes et les femmes. Pour atteindre ce but, ces textes vont dans le bon sens ».

Grâce à cet amendement de Catherine Morin-Dessailly, la formation des personnels de l’éducation nationale et des intervenants extérieurs sera mieux assurée et les séances d’éducation à la sexualité seront améliorées.

Avec cet amendement, les institutions nationales du Nouveau Centre témoignent d’une marque de reconnaissance vis-à-vis des Jeunes Centristes dont nous nous réjouissons !

Catégorie : Non classé